Les protagonistes de la Fun Cup se sont retrouvés sur le circuit Jules Tacheny le week-end des 16 et 17 avril à l’occasion des Mettet Fun Races.

Pointé en tête du championnat après les deux manches d’ouverture disputées à Zolder, l’équipage Bouvy-Richard-Rummens entendait bien conforter son leadership. Dès les essais, le trio annonçait la couleur en occupant un long moment la 1ère place du classement général. Soucieux de ménager la mécanique et sachant que la grille de départ fait à chaque fois l’objet d’un tirage au sort, les pilotes choisissaient de limiter volontairement le nombre de tours parcourus au volant de la Fun Cup 255 du Delahaye Racing Team et se contentaient de roder des plaquettes durant la seconde moitié de la séance. Trois équipages en profitaient pour améliorer leur temps, la Fun Cup 255 étant finalement créditée du 4ème chrono.

« La voiture est bien réglée et les pilotes ont eu le temps de prendre leurs marques sur cette piste, inutile d’user moteur et châssis pour rien » expliquait Gilles Terlinden.

Le Delahaye Racing Team était également représenté par Engish et Clermont sur la Fun numéro 227, les deux pilotes étant associés à Visnowsky, un jeune pilote spécialiste du karting qui découvrait ici la Fun Cup.

A l’issue du tirage au sort effectué par une main dite innocente mandatée par l’organisateur, la 255 héritait de la 10ème place sur la grille de départ tandis que l’honneur de la 2ème place et donc de la 1ère ligne revenait à la 227 ! De quoi stresser quelque peu Engish poussé par ses coéquipiers de prendre le départ……

A 17h30’, les voitures s’alignaient sous les ordres du directeur de course qui actionnait le feu vert pour trois heures de course pour la majorité des concurrents, quelques minutes pour les deux Fun Cup du Delahaye Racing Team.

En effet, c’est tout d’abord Fred Bouvy sur la 255 qui se faisait percuter par un adversaire quelque peu optimiste avant même la fin du premier tour, provoquant un retour au stand inopiné. La sanction est immédiate : 6 tours perdus, le temps de procéder au remplacement d’un triangle arrière. Peu de temps après, c’était au tour de la 227 de rentrer au box pour des soucis de frein, la reléguant elle aussi dans les profondeurs du classement.

Le scénario est d’autant plus catastrophique que les deux voitures avaient réussi une belle envolée, Bouvy gagnant quelques places dès les premiers virages, Engish en cédant seulement deux sous la pression de la meute à ses trousses dès les premiers mètres. Les sociétaires du team Wavrien n’imaginaient certainement pas jouer la queue du classement d’entrée de jeu !

La suite de l’épreuve sera malheureusement à l’image des premiers instants, un mauvais sort s’acharnant de manière quasi égale pour les deux Fun Cup. Au lieu d’une course, on assistera à de longues séances de mécaniques qui auront pour seul mérite de mettre en évidence la dextérité et la rapidité des mécaniciens à changer les pièces endommagées par diverses touchettes et pannes assez inhabituelles. Dans la longue liste des pièces remplacées, on comptabilisera par exemple un disque de frein arrière brisé net, une casse plutôt rare.

Au classement final, les 33ème et 36ème places ne reflétaient que les soucis rencontrés et la désillusion du team.

Au bilan de ce premier jour, inscrivez « pas de chance ».

Le second round lancé à 12h20’ le dimanche voyait revenir sur la grille de départ les concurrents de la veille, la même météo printanière et surtout les pilotes des deux Fun Cup du Delahaye Racing Team assoiffés de revanche !

En fonction de la place acquise lors de la première manche, Fred Bouvy était contraint de prendre le départ en fond de grille. Pas de quoi inquiéter outre mesure l’inoxydable Fred qui réalisait une superbe remontée qui l’amenait en tête de course ! Un ravitaillement éclair de 14 secondes et c’est Laurent Richard qui repartait avec une avance d’une quinzaine de secondes qu’il maintiendra durant tout son relais. Nouveau changement de pilote express, c’était alors au tour de Yannick Rummens de débouler sur la piste toujours en tête, avec une avance constante d’une vingtaine de secondes. L’affaire semblait cette fois bien engagée.

A moins de trente minutes du drapeau à damier, la plus haute marche du podium semblait offerte au trio Bouvy-Richard-Rummens. C’était sans compter la maladresse d’un adversaire malheureux dans l’épingle du fond du circuit qui imposait la sortie de la safety car, au plus mauvais moment pour Rummens qui devait regagner les stands pour un dernier ravitaillement. Bouvy n’avait d’autre choix que de rejoindre la piste ….. en dernière position dans la longue file des voitures alignées derrière la voiture de sécurité. Au restart, le pilote Red Bull entamait donc sa seconde remontée fantastique de la journée mais le temps faisant défaut pour revenir sur les leaders, il coupait la ligne d’arrivée à la 4ème place, à deux dixième du podium tant convoité.

Maigre consolation : Fred Bouvy aura signé le meilleur temps absolu de cette manche dans son avant-dernier tour, témoin de la vélocité des pilotes du Delahaye Racing Team.

Pour leur part, Engish, Clermont et Visnowsky auront également lutté tout au long des trois heures de course avec ténacité pour finir à la 17ème place. Partis avec un tour de pénalité suite à une réparation effectuée hors parc fermé durant la matinée et malgré une petite visite dans un bac à gravier en cours d’épreuve, les trois équipiers ne se sont pas démontés et ont attaqué sans relâche, signant d’excellents chronos.

« On termine ce week-end avec un goût de trop peu mais on conserve notre bonne humeur ! On fera mieux la prochaine fois, c’est sûr ! » conclue Pierre Sevrin, philosophe.

Le Delahaye Racing Team laissera sans regret à Mettet les démons qui l’auront pourchassé deux jours durant pour rejoindre le circuit de Dijon fin avril, théâtre du prochain rendez-vous du championnat VW Fun Cup.