La Renault vise un troisième succès sur le tour d’horloge spadois

2010BTCSFrancorchampagne (15)

“La fiabilité de notre Mégane devrait encore faire la différence”

Les années passent, mais les grands favoris du tour d’horloge spadois restent les mêmes: depuis ses débuts aux 12H de Spa et en BTCS en 2006, la Renault Mégane Trophy Silhouette Delahaye emmenée par Fred Bouvy a accumulé les bonnes prestations: après une première édition découverte ponctuée au pied du podium en Silhouettes, elle s’est imposée à deux reprises en 2007 et 2008 avant de décrocher le premier accessit l’an dernier suite à deux accrocs.

“Un de trop,” rappelle Fred en quête d’un quatrième succès dans la classique ardennaise. “Après les deux tours perdus dans le bac de Bruxelles par Vanina Ickx, nous avions cravaché pour revenir en tête. Mais un nouvel accrochage, avec Jacques Villeneuve cette fois (Christian Kelders racontera avec plaisir dans vingt ans comment l’ancien champion du monde de F1 lui a claqué la porte au nez à Francorchamps alors qu’il arrivait beaucoup plus vite pour le passer à la chicane…) , nous a obligés à nous contenter de la deuxième place.”

Pas franchement au goût du multiple champion de Belgique, de retour avec la ferme intention de faire honneur à son numéro 1.

“J’adore cette course: le format est chouette. Il y a beaucoup de public, de belles courses annexes, un beau plateau, on roule de nuit. Je regrette juste que cela se finisse si tard car à 3h00 du matin il n’y a plus personne pour faire la fête après l’arrivée.”

A nouveau désigné comme le grand favori, qui plus est après avoir remporté trois des quatre premières courses BTCS 2010 à Zolder puis Dijon, le leader du championnat affiche une belle confiance:

“On a tout ce qu’il faut pour bien faire. D’abord un bon équipage avec le renfort ici de François Verbist, à la fois rapide et fiable,” se réjouit le Bruxellois. “Mes deux équipiers ne sont jamais montés sur la plus haute marche du podium ici. Ils sont très motivés. Après le titre en 2009, Christian Kelders a fait de la victoire aux 12H un de ses principaux objectifs de la saison. Il ne cesse de s’améliorer et s’il perd parfois beaucoup de temps c’est parce qu’il est trop gentil ou trop prudent dans le trafic. Mais sur douze heures, avec 55 autos en piste, ce n’est pas plus mal. Ensuite, je dirais qu’on a tout simplement la meilleure équipe. Les petits gars de Delahaye sont toujours aussi motivés et dévoués. Quand je vois ce qu’il se passe ailleurs, je peux vous dire qu’ils font vraiment du super boulot, tant au niveau technique que stratégique. Résultat, notre auto tourne comme une horloge et l’on aligne les résultats de premier plan. La fiabilité de notre Mégane Silhouette nous permet déjà de faire la différence sur les épreuves d’une heure et demi. Alors sur 12h… Il y aura pas mal de très bons autres pilotes en piste lors de cette édition: c’est gratifiant de lutter contre des noms comme Eric Van de Poele, Vincent Radermecker, Jeffrey Van Hooydonk ou le Britannique Rob Huff, récent vainqueur en WTCC. Mais moi, ce que je regarde avant tout, c’est la qualité de préparation, la régularité des voitures, l’expérience des teams. Et là je ne suis pas inquiet, même si une course, surtout comme celle-là, peut toujours plus facilement se perdre que se gagner. On restera donc attentifs. C’est vrai qu’avec une bonne dizaine de Silhouettes capables de monter sur le podium, ce sera l’édition la plus ouverte depuis 2006 je dirais. Je ne demande pas mieux que la concurrence soit plus relevée. Du moment que notre Renault est toujours devant…,” conclut dans un grand éclat de rire un “Bave” comme toujours impatient d’en découdre.

 

 

Au championnat : 1. Bouvy (Renault Mégane Silhouette) 71 ; 2. Vanbellingen-Maes (BMW M3 Silhouette) 52 ; 3. Dockerill-Stéveny (GB-Bel/Kia Proceed) 41 ; 4. Thiry-Moonens (Kia Proceed Silhouette) et Kelders (Renault Mégane Silhouette) 40 ; 6. Van de Poele-Radermecker (Volvo S60 Silhouette) 39