Spa 6 Hours : les frères Bordet à l’arrivée avec leur Marcos 1800GT

Le weekend dernier, le staff Delahaye participait à son deuxième meeting historique de l’année après les Legend Boucles de Bastogne, les très sélectives Spa 6 Hours. Après avoir fait l’impasse en 2017, Pierre-Etienne retrouvait avec plaisir le volant de sa belle Marcos 1800GT flanquée du dossard 28 avec laquelle il avait décroché un magnifique podium de classe en 2016 (dernière marche du podium et 28ème au général). Cette fois-ci, Laurent Richard cédait sa place à un fidèle coéquipier, aussi amoureux de la marque anglaise, son frère Emeric. Pour cette édition, la grille était composée d’un plateau conséquent de 114 voitures aussi performantes qu’élégantes ; au classement général, les quelques Corvette, Jaguar Type E Lightweight et autres Aston Martin allaient tenter de faire face à l’impressionnante armada de Ford GT40 (au nombre de 16).  La Marcos était quant à elle engagée dans une classe regroupant les GT équipées de moteur de moins de 2L de cylindrée et les prototypes ne dépassant pas les 2,5L. Nous retrouvions dans cette catégorie 33 autos (la catégorie la plus fournie), parmi lesquelles Porsche 911, TVR Grantura, Gilbern GT1800, Elva GT160, Porsche 904-6, MG B, Triumph TR4 SLR et Morgan +4.

Après deux séances d’essais de 45 minutes disputées jeudi permettant de peaufiner les réglages de position de conduite, les deux frères se présentaient  en qualifications vendredi fin de journée avec logiquement de belles ambitions. Malheureusement, une boite de vitesse récalcitrante et des ratés moteurs ne permettaient pas au duo français de montrer tout le potentiel de la voiture ; ils décrochaient la 77ème position sur la grille de départ, 5ème de classe et 13ème de catégorie.

Samedi, jour de course, le soleil était présent sous les coups de 16h40. Cette fois-ci, c’est Émeric qui s’élançait. Seulement, stupeur… Après 2 tours, le pilote empruntait l’allée des stands et reportait à l’équipe des trous dans la montée en régime du bloc B18 d’origine Volvo… Après diagnostic et changement d’une pièce d’allumage, Émeric repartait en trombes en dernière position et entamait une impressionnante remontée. Marquée par de nombreuses interventions de la voiture de sécurité, Pierre-Etienne prenait le relais et réussissait à passer à travers les embûches après un arrêt effectué sous régime de neutralisation.  Le dernier Safety Car ne permettait pas à Émeric de profiter de la bonne stratégie décidée par le Team, mais la Marcos 1800GT franchissait la ligne d’arrivée entière dans la nuit noire de Francorchamps en 68ème position, 17ème de catégorie, 2ème de classe.

Aussitôt rentrés dans les ateliers, les pilotes et l’équipe technique s’attèlent à rédiger la liste des améliorations à apporter et procédures à revoir afin de signer un meilleur résultat pour la prochaine édition ; le rendez-vous est fixé pour 2019, cochez ce weekend de mi-Septembre dans vos agendas !