Spa 6 Hours : les frères Bordet à l’arrivée avec leur Marcos 1800GT

Le weekend dernier, le staff Delahaye participait à son deuxième meeting historique de l’année après les Legend Boucles de Bastogne, les très sélectives Spa 6 Hours. Après avoir fait l’impasse en 2017, Pierre-Etienne retrouvait avec plaisir le volant de sa belle Marcos 1800GT flanquée du dossard 28 avec laquelle il avait décroché un magnifique podium de classe en 2016 (dernière marche du podium et 28ème au général). Cette fois-ci, Laurent Richard cédait sa place à un fidèle coéquipier, aussi amoureux de la marque anglaise, son frère Emeric. Pour cette édition, la grille était composée d’un plateau conséquent de 114 voitures aussi performantes qu’élégantes ; au classement général, les quelques Corvette, Jaguar Type E Lightweight et autres Aston Martin allaient tenter de faire face à l’impressionnante armada de Ford GT40 (au nombre de 16).  La Marcos était quant à elle engagée dans une classe regroupant les GT équipées de moteur de moins de 2L de cylindrée et les prototypes ne dépassant pas les 2,5L. Nous retrouvions dans cette catégorie 33 autos (la catégorie la plus fournie), parmi lesquelles Porsche 911, TVR Grantura, Gilbern GT1800, Elva GT160, Porsche 904-6, MG B, Triumph TR4 SLR et Morgan +4.

Magnifique podium aux Spa 6 Hours pour Bordet/Richard après une mise en jambe réussie à Zandvoort

Zandvoort, les 2 et 3 Septembre.

Après un déverminage dans l’ensemble réussi pour Pierre-Etienne et Emeric Bordet à Dijon dans le cadre du Grand Prix de l’Age d’Or, c’est avec deux Marcos 1800GT encore plus affutées que les deux frères se présentaient au Zandvoort Historic Grand Prix. Evoluant dans la classe CLP de la série Stena Line Gentlemen Drivers, les adversaires du jour allaient être une véloce Ginetta G4R et deux Lotus Elan, tandis qu’au général, la victoire se jouerait entre Cobra et Jaguar Type – E.

GP de l’Âge d’Or : belle tenue des Marcos du Delahaye Racing au pays de la moutarde !

Un mois après le Trophée de Bourgogne, le Delahaye Racing est revenu sur le circuit de Dijon-Prenois à l’occasion du Grand Prix de l’Âge d’Or, événement Peter Auto incontournable pour tout mordu de vieilles mécaniques. Deux Marcos 1800 GT étaient engagées dans la série Sixties Endurance riche de 58 voitures et confiées aux frangins Pierre-Etienne et Emeric Bordet.

Les essais libres et les qualifications du vendredi se déroulaient sous la pluie mais sans encombre pour les deux bolides anglais. Un ajustement moteur devait néanmoins être fait sur la voiture de Pierre-Etienne. Les Marcos bleues ciel se qualifiaient respectivement 40ème et 41ème pour la course de 2 heures disputée le samedi en fin de journée.

Pierre-Etienne et Emeric allaient remonter le peloton progressivement, non sans se livrer une bagarre interne avec de jolies passes d’armes. Après 40 minutes de course, alors que les concurrents sont sous régime de Safety Car, Pierre-Etienne est annoncé à l’arrêt suite à un problème électrique. Les mécaniciens du Delahaye Racing parviennent néanmoins à faire repartir la Marcos pour les 40 dernières minutes de course, son pilote en profitant pour signer le deuxième meilleur chrono dans sa catégorie. Septième avant l’arrêt au stand d’une durée obligatoire de cinq minutes, Emeric termine quant à lui 21ème au général et 6ème de classe.

Après cette escapade bourguignonne, les Marcos du Delahaye Racing ressortiront de leur atelier pour le prestigieux Historic Grand Prix de Zandvoort, du 2 au 4 septembre.

Spa Six Hours : la Marcos # 91 a choisi de filer à l’Anglaise après deux tiers de course !

2013spa6hours (4)

Pierre Etienne, Alexandre Viron et Emeric Bordet abordaient les Spa Six Hours avec l’ambition de se faire plaisir, sans pour autant négliger le classement final.

Le plateau conséquent offrait au public venu en masse un magnifique spectacle. Voir des Ford GT 40, des Jaguar type E ou une rare Reliant Sabre qui grimpent le Raidillon avec le même entrain avait de quoi réjouir tous les passionnés de voitures anciennes.

Au sein de cet extraordinaire peloton, la Marcos 1800 préparée par le Delahaye Racing Team attirait de nombreux regards, mettant en valeur ses courbes musclées mais sensuelles. Assurément, la vieille Anglaise a gardé son charme et son pouvoir de séduction intacts malgré ses 49 printemps !

S’il n’était pas le plus rapide en piste, Pierre Etienne a néanmoins effectué un premier relais intéressant avant de céder – au bout de deux heures continues d’effort – le volant à Alexandre Viron. Une petite hésitation au démarrage assorti d’un contrôle visuel du moteur lui aura fait perdre un peu de temps avant de rejoindre la ronde, sans qu’aucune réelle anomalie ne soit détectée.

Pour une première expérience au volant de la Marcos et pénalisé par une position de conduite peu à son avantage, Alexandre prenait tour après tour la mesure de l’auto. Peu avant la fin de son relais et alors qu’un safety car venait d’entrer en piste, la voiture s’immobilisait en bord de piste. ‘’Le moteur s’est étouffé, je ne parvenais pas à le remettre en marche, je n’ai rien pu faire’’ expliquait Alexandre Viron en revenant au box.

Emeric Bordet se voyait du coup privé du dernier relais mais faisait néanmoins contre mauvaise fortune bon cœur : ‘’Ça arrive, ça ira mieux l’année prochaine’’ philosophait-il. Et pour sa part, s’il n’est jamais agréable de devoir renoncer en cours d’épreuve, Pierre Etienne reconnaissait néanmoins s’être bien amusé durant ses deux heures de pilotage.

‘’Au démontage, nous avons constaté que le jeu aux soupapes était hors tolérances, il n’y avait plus de compression dans les cylindres’’ expliquait Pierre Sevrin quelques jours après la course. ‘’Le moteur avait totalement refait à neuf par une société spécialisée en Angleterre. Même en y apportant la plus grande attention, cela reste une mécanique ancienne et nous ne sommes pas à l’abri d’une défaillance, bien plus qu’avec une voiture moderne. Nous l’avions déjà vu aux essais, il a fallu remplacer un différentiel pourtant remis à neuf. Ici, c’est la distribution qui a posé problème ….. ’’.

Les nombreuses taches d’huiles dans la pit lane ou le nombre de voitures immobilisées devant leur stand mettaient en évidence la fragilité des mammys du bitume, toutes ne résistant pas au traitement infligé. Ceci ne décourage pourtant pas les pilotes qui enchaînent les meetings au volant de ces bolides d’un autre âge qui leur procurent des sensations aussi datées que leurs autos mais tellement intenses !

Avec un projet de participation à un rallye routier dans les tablettes du Delahaye Racing Team, la belle Marcos reconditionnée rejoindra prochainement un nouveau paddock, pour le plus grand plaisir de ses nombreux admirateurs.

Stay with us, follow our performance and share our fun !

Le Delahaye Racing Team sur tous les fronts !

2013besnurburgring (13)

Week-end chargé pour le Delahaye Racing Team qui sera présent à Francorchamps pour les Spa Six Hours mais également au Nürburgring pour la finale du Blancpain Endurance Series.

Dans nos Ardennes, ce sont plus de 650 voitures anciennes qui s’affronteront, réparties dans 15 courses, avec en particulier une endurance de six heures disputée le samedi en fin de journée. L’équipage P-E. Bordet/E. Bordet/A. Viron participera à cette épreuve phare – qui s’apparente à un merveilleux  voyage dans le passé – au volant d’une Marcos de 1964 préparée par le Delahaye Racing Team.

En Allemagne, le tandem K. Kelders/D. Desbruères clôturera sa saison en Blancpain Endurance Series au volant de la Porsche 993 GT-3 R préparée également à Wavre et dont les performances seront revues à la hausse pour l’occasion.

En effet, après de nombreuses tergiversations, l’organisateur s’est décidé à revoir les critères d’homologation des Porsche et à autoriser le montage d’une bride à l’admission de plus grand diamètre, quoique compensée par un poids minimum revu à la hausse. Ceci devrait permettre aux concurrents armés du plus célèbre des flat six de se battre enfin à armes plus ou moins égales avec le reste du plateau.

Le staff du Delahaye Racing Team fait donc le grand écart durant quelques jours entre ces deux circuits et parcourt par la même occasion 49 ans de sport automobile durant un seul et même week-end : c’est le nombre d’années qui sépare la naissance de la Marcos 91 et de la Porsche 59 !

Stay with us, follow our performance and share our fun

Deux heures de pur plaisir pour Pierre Etienne et sa Marcos GT au Spa Classic

Z -2013 - Francorchamps -Spa Classic - 24 & 25-05-2013 (10) light

La course réservée aux voitures des années 60 disputée sur le circuit de Francorchamps dans le cadre du Spa Classic a offert de belles satisfactions à Pierre Etienne et au Delahaye Racing Team.

La Marcos GT 1800 préparée dans les ateliers de Wavre approche la cinquantaine, un âge respectable qui impose une attention particulière aux dessous de cette belle Anglaise. Si la mécanique est d’époque et donc plutôt basique par comparaison avec les voitures de course moderne, elle n’est pas pour autant simple ou exempte de défauts. En particulier, les essais avaient mis en évidence quelques soucis de surchauffe qui inquiétaient quelque peu le staff technique, même si de judicieuses solutions avaient été apportées avant le départ de l’épreuve.

Il est un peu plus de 19h00’, c’est l’heure de la mise en grille, sous un ciel noir qui laisse échapper une fine pluie. Concentration, départ lancé à 19h32’, c’est parti pour deux heures de course entrecoupées d’un ravitaillement obligatoire d’une durée imposée de six minutes.

La pluie ayant assez vite cessé, la cadence augmente graduellement et les bolides attaquent les courbes du circuit ardennais avec de plus en plus de franchise, pour la plus grande joie du public. Voir les anciennes attaquer le Raidillon dans de longs travers savamment corrigés à grands coups de volant et dans un bruit de tonnerre est un spectacle extraordinaire !

Pour sa part, la Marcos 41 bleu ciel s’élance de la 32ème position mais s’impose au 26ème rang dès le second tour. Pierre Etienne ne ménage pas sa peine, les chronos descendent tour après tour. Conséquence logique, sa position au classement ne cesse de s’améliorer et c’est à la 16ème place – à rapporter aux 53 concurrents au départ – qu’il franchi la ligne d’arrivée, signant son meilleur temps dans cette ultime boucle en 3’10’432’’.

La Marcos rentre au parc fermé sans une griffe et sans avoir connu le moindre problème, Pierre Etienne savoure sa course : ’’C’était formidable ! Quelle course ! J’ai pris plus de 200 km/h en haut des Combes, c’est impressionnant ! Et tu as vu, j’ai fait mon meilleur temps dans le dernier tour ?!’’ s’exclame t-il avec un large sourire.

Tout à sa joie, Pierre Etienne pense déjà aux prochaines épreuves : ‘’Il manque un peu de puissance, un peu plus de freins aussi et ce sera parfait. La voiture peut parfaitement supporter un moteur plus puissant. On ne peut pas concurrencer les AC Cobra et les Mustang et leurs énormes moteurs mais on peut aller chercher les Porsche ou les Jaguar avec quelques chevaux de plus ’’.

Pour le Delahaye Racing Team, c’est mission accomplie avec une voiture qui a donné tout son potentiel durant toute la course sans la moindre alerte mécanique et un pilote ravi par son week-end. Que demander de plus ?