Le Delahaye Racing Team sur tous les fronts !

2013besnurburgring (13)

Week-end chargé pour le Delahaye Racing Team qui sera présent à Francorchamps pour les Spa Six Hours mais également au Nürburgring pour la finale du Blancpain Endurance Series.

Dans nos Ardennes, ce sont plus de 650 voitures anciennes qui s’affronteront, réparties dans 15 courses, avec en particulier une endurance de six heures disputée le samedi en fin de journée. L’équipage P-E. Bordet/E. Bordet/A. Viron participera à cette épreuve phare – qui s’apparente à un merveilleux  voyage dans le passé – au volant d’une Marcos de 1964 préparée par le Delahaye Racing Team.

En Allemagne, le tandem K. Kelders/D. Desbruères clôturera sa saison en Blancpain Endurance Series au volant de la Porsche 993 GT-3 R préparée également à Wavre et dont les performances seront revues à la hausse pour l’occasion.

En effet, après de nombreuses tergiversations, l’organisateur s’est décidé à revoir les critères d’homologation des Porsche et à autoriser le montage d’une bride à l’admission de plus grand diamètre, quoique compensée par un poids minimum revu à la hausse. Ceci devrait permettre aux concurrents armés du plus célèbre des flat six de se battre enfin à armes plus ou moins égales avec le reste du plateau.

Le staff du Delahaye Racing Team fait donc le grand écart durant quelques jours entre ces deux circuits et parcourt par la même occasion 49 ans de sport automobile durant un seul et même week-end : c’est le nombre d’années qui sépare la naissance de la Marcos 91 et de la Porsche 59 !

Stay with us, follow our performance and share our fun

Deux heures de pur plaisir pour Pierre Etienne et sa Marcos GT au Spa Classic

Z -2013 - Francorchamps -Spa Classic - 24 & 25-05-2013 (10) light

La course réservée aux voitures des années 60 disputée sur le circuit de Francorchamps dans le cadre du Spa Classic a offert de belles satisfactions à Pierre Etienne et au Delahaye Racing Team.

La Marcos GT 1800 préparée dans les ateliers de Wavre approche la cinquantaine, un âge respectable qui impose une attention particulière aux dessous de cette belle Anglaise. Si la mécanique est d’époque et donc plutôt basique par comparaison avec les voitures de course moderne, elle n’est pas pour autant simple ou exempte de défauts. En particulier, les essais avaient mis en évidence quelques soucis de surchauffe qui inquiétaient quelque peu le staff technique, même si de judicieuses solutions avaient été apportées avant le départ de l’épreuve.

Il est un peu plus de 19h00’, c’est l’heure de la mise en grille, sous un ciel noir qui laisse échapper une fine pluie. Concentration, départ lancé à 19h32’, c’est parti pour deux heures de course entrecoupées d’un ravitaillement obligatoire d’une durée imposée de six minutes.

La pluie ayant assez vite cessé, la cadence augmente graduellement et les bolides attaquent les courbes du circuit ardennais avec de plus en plus de franchise, pour la plus grande joie du public. Voir les anciennes attaquer le Raidillon dans de longs travers savamment corrigés à grands coups de volant et dans un bruit de tonnerre est un spectacle extraordinaire !

Pour sa part, la Marcos 41 bleu ciel s’élance de la 32ème position mais s’impose au 26ème rang dès le second tour. Pierre Etienne ne ménage pas sa peine, les chronos descendent tour après tour. Conséquence logique, sa position au classement ne cesse de s’améliorer et c’est à la 16ème place – à rapporter aux 53 concurrents au départ – qu’il franchi la ligne d’arrivée, signant son meilleur temps dans cette ultime boucle en 3’10’432’’.

La Marcos rentre au parc fermé sans une griffe et sans avoir connu le moindre problème, Pierre Etienne savoure sa course : ’’C’était formidable ! Quelle course ! J’ai pris plus de 200 km/h en haut des Combes, c’est impressionnant ! Et tu as vu, j’ai fait mon meilleur temps dans le dernier tour ?!’’ s’exclame t-il avec un large sourire.

Tout à sa joie, Pierre Etienne pense déjà aux prochaines épreuves : ‘’Il manque un peu de puissance, un peu plus de freins aussi et ce sera parfait. La voiture peut parfaitement supporter un moteur plus puissant. On ne peut pas concurrencer les AC Cobra et les Mustang et leurs énormes moteurs mais on peut aller chercher les Porsche ou les Jaguar avec quelques chevaux de plus ’’.

Pour le Delahaye Racing Team, c’est mission accomplie avec une voiture qui a donné tout son potentiel durant toute la course sans la moindre alerte mécanique et un pilote ravi par son week-end. Que demander de plus ?