Francorchampagne : la journée des jokers.

2010btcsdijon (17)

En clôturant la journée avec un résultat blanc et en ayant franchi le fameux temps pivot en seconde manche, la paire Bouvy-Kelders aura utilisé tous ses jokers durant l’avant-dernier meeting du BTCS.

Alors que les essais s’étaient déroulés sans problème pour l’équipage Renault, il en a été tout autrement lors des deux manches disputés sous un soleil printaniers.

Premier départ, Fred Bouvy s’installe en troisième position derrière de toujours très puissantes Kia et Audi. La première partie de manche ne verra aucun changement notable de position, Fred tenant à distance une Jaguar, la seconde Kia et une BMW, dans cet ordre.

Le 14ème tour voit s’ouvrir le ballet des ravitaillements. Parmi les derniers à emprunter la pitlane, Fred Bouvy cède le volant à son équipier, Christian Kelders. Ce dernier adopte un rythme un peu moins élevé que celui soutenu par son compère et se retrouve sous la menace de la Kia numéro 7 pilotée par Philippe Stevenny. Hésitation du pilote Real Solutions, incompréhension avec son adversaire ? Toujours est-il qu’à 6 tours de la fin, Christian se fait heurter par Stévenny qui tente de le dépasser. La Mégane échoue dans un bac à gravier et ne peut repartir, jante arrière droite cassée. C’était malheureusement aussi « Journée sans Voiture » au virage de Bruxelles pour l’infortuné pilote Renault ……

Si l’Audi de Schroyen / De Crem rend l’âme juste après le ravitaillement et se fait ainsi  souffler la 3ème place au championnat par la Kia de Dockerill / Stevenny, la victoire de Vanbellingen / Maes permet à la BMW de réduire l’écart au classement.

Sachant qu’au décompte final, le plus mauvais résultat de chaque concurrent ne sera pas pris en compte, on l’aura compris, le tandem Bouvy / Kelders vient d’utiliser son joker dans une manche qui se solde par le 1er abandon de la Renault Mégane Trophy Endurance du Delahaye Racing Team dans le championnat BTCS.

Pour la seconde envolée, Christian Kelders est au volant d’une Mégane remise à neuf par les l’action efficace des mécaniciens du team et occupe la pole position sur la grille de départ.

La concurrence est très en verve, l’Audi de De Crem, la BMW de Maes et la Kia de Stevenny lui brûle la politesse. Christian Kelders suit à distance l’explication entre ces trois protagonistes durant une quinzaine de tours avant de céder le volant à Fred Bouvy.

A une dizaine de secondes de la BMW de Vanbellingen et un peu plus du double de la Kia de Dockerill, le pilote Red Bull flirte avec le temps pivot à chaque tour sans pour autant parvenir à rejoindre la tête de course.

A quelques encablures de l’arrivée, la sortie d’un malheureux pilote Seat au sommet du Raidillon oblige le safety car à neutraliser la course et permet opportunément le retour de Fred Bouvy dans les échappements de ses adversaires.

Au restart, il ne reste que quelques tours pour tenter de conquérir la plus haute marche du podium. Si Dockerill était vite contraint de céder sa seconde position, Fred verra la BMW franchir en tête la ligne d’arrivée.

« J’ai tout essayé mais il m’aura manqué un ou deux tours pour m’imposer » dira Fred Bouvy avant de grimper sur le podium, Il aura vraiment tout tenté, y compris en passant sous la barre des 2’30’’ – soit le temps pivot imposé – et en jouant là aussi le joker autorisé par le règlement.

La conclusion est pour Gilles Terlinden, l’un des deux boss du Delahaye Racing Team, qui analyse la situation sans se départir de son calme habituel : «  C’est sûr, ce n’est pas notre meilleur week-end mais nous sommes toujours en tête du championnat, la pression est chez nos adversaires. Pour la finale à Zolder, il faudra être performant. J’ai confiance tant dans l’équipage que dans notre Renault. On a l’expérience, des idées aussi ! »

See you in Zolder pour une finale qui promet un suspens intense !