Pierre Etienne retrouve le volant de sa Volvo S 60 à l’occasion du Gamma Racing Day

Le circuit d’Assen accueille la cinquième manche du Supercar Challenge, un meeting où le Delahaye Racing Team aligne la Volvo S 60 de Pierre Etienne bien évidement.

’Nous avons à peine fini de sortir des camions le matériel utilisé lors des 24 Hours of Francorchamps, nous voilà déjà repartis aux Pays Bas ! Et nous retrouvons ici la même canicule que nous avions le week-end passé ! ’’ explique Gilles Terlinden. Le planning du Delahaye Racing Team ne connaît pas de temps mort cette année !

La chaleur, il en fut question tout au long de la journée du vendredi durant laquelle étaient programmés les essais libres et qualificatifs de ce nouveau rendez-vous du championnat de Hollande tourisme.

Avec des pics à plus de 36° affichés au thermomètre, inutile de préciser que les pilotes comme les mécanos ont souffert, sans compter les moteurs qui apprécient peu les contraintes liées à de telles températures.

’Nous n’avons pas rencontré de souci avec le refroidissement du moteur mais il est clair que nous avons surveillé de très près les acquisitions de données pour vérifier qu’aune surchauffe ne venait contrarier le bon fonctionnement de l’auto. Et pour Pierre Etienne, nous avons installé une gourde d’eau dans la voiture – comme en endurance – pour qu’il puisse s’hydrater’’ explique Joffroy, l’un des ingénieurs du team.

A l’issue des qualifications, Pierre Etienne s’est octroyé la troisième place de sa catégorie, à seulement quatre dixièmes du second. Les chronos réalisés lui octroient respectivement la 13ème et la 12ème place sur les grilles de départ du samedi et du dimanche. Seule contrariété : un gravillon venu se loger dans le mécanisme de la pédale de gaz en fin de qualification aura interrompu prématurément la séance mais sans réelle incidence sur le résultat final.

’Je découvre le circuit, les essais ont été trop courts pour que je sois vraiment au top. Le tracé est rapide mais aussi très technique. Comme la piste est étroite –  le circuit a été conçu pour les motos à l’origine – il est difficile de doubler. Il faut prendre l’aspi d’un concurrent et le déboîter dans les bouts de droit sinon c’est impossible. Et puis il y a peu de grip aussi, et la chaleur que les pneus ont du supporter n’a pas aidé pour trouver de l’adhérence’’ explique Pierre Etienne avant de se plonger dans les images de la caméra embarquée pour analyser ses trajectoires.

Avec douze points d’avance au championnat, Pierre Etienne peut appréhender sereinement ces deux manches. Encore quelques heures et le feu vert libèrera les 43 voitures engagées pour la première des deux courses.

Stay with us, follow our performance and share our fun !