Courtin/Van Combrugge au bout du Rallye de Hannut sous le déluge

Trois semaines après un début de saison aux Boucles Clavieroises en fanfare avec une victoire, le deuxième round ASAF 2019, le Rallye de Hannut, se présentait comme folklorique avec les différentes alertes météorologiques annoncées pour le weekend.  La catégorie PH (Province Historique, voiture conforme à sa fiche d’homologation) était nettement plus garnie, avec 25 voitures au départ parmi lesquelles Porsche 911, Ford Escort, Opel, BMW, … Etienne Courtin était rejoint pour la première fois cette année par Ludovic van Combrugge.

Première victoire pour Courtin/Toussaint aux Boucles Clavieroises !

Le weekend dernier se déroulait dans la province de Liège le premier rallye ASAF de la saison 2019, les Boucles Clavieroises, servant généralement de répétition pour certains gros bras au Belgian Rally Championship. Delahaye assurait l’assistance de la belle Ford Escort MK2 d’Etienne Courtin, co-pilotée par Jean-Marc Toussaint, passée dans les ateliers de Wavre à l’intersaison pour d’importants travaux et évolutions. Etienne s’apprêtait à disputer une nouvelle saison des rallyes francophones, après avoir échoué de peu au titre en 2018.

Les deux équipages Delahaye Racing Team au bout des Legend Boucles de Bastogne 2019 !

Tout le monde l’attendait, elle a bien répondu présent… En effet, après de longues années d’absence, la neige a fait son apparition pour l’édition 2019 des Legend Boucles. Les 19 spéciales « RT » composant ce rallye historique s’annonçaient compliquées, notamment sur la journée Terre du dimanche.

L’équipe d’assistance Delahaye se présentait aux vérifications du vendredi avec deux belles mécaniques ayant participé à un déverminage sur le circuit de Mettet quelques semaines plus tôt ; une fidèle BMW 2002tii aux couleurs Alpina pour Laurent Richard, copiloté par Nicolas Hubert, et une efficace Peugeot 504 V6 Coupé pour Alexandre Viron et Alexandre Squartini. Le duo franco-belge disputait son premier rallye derrière dans l’habitacle de la Peugeot décoration du Kenya 1978, tandis que Laurent et Nicolas revenaient pour la cinquième fois, fidèles à l’épreuve depuis 2015. Les deux équipages étant inscrits en catégorie Challenger, l’objectif premier était de franchir l’arrivée, car dans ces conditions, la moyenne de 80km/h à respecter serait difficilement atteignable !

Eric/Pierre-Alexandre et Laurent/Nicolas, les deux équipages de Delahaye aux Legend Boucles 2018

Le Delahaye Racing Team a lancé sa saison sportive le weekend dernier avec une huitième participation consécutive aux magnifiques Legend Boucles de Bastogne. Le plus beau rallye historique était avancé cette année de deux semaines, les spécialistes prévoyaient une 60ème édition enneigée. La neige aura était omniprésente, rendant la route très piégeuse et la visibilité difficile durant ces 2 jours de compétition !

Laurent Richard et Nicolas Hubert remettaient le couvert après une participation en Classic (moyenne de 60km/h) en 2015 et deux en Legend en 2016 et 2017 (Target Time). La BMW 2002tii orange et noire de 1974 arborait le dossard #112 de la nouvelle catégorie Challenger, synonyme d’une moyenne de 80km/h à respecter. Parmi les 33 autres équipages composant la classe, Eric Decronumbourg et Pierre-Alexandre Mouveau faisaient de nouveau confiance à leur Porsche 911 SC après avoir découvert et finit l’épreuve l’année dernière.

La journée du samedi présentait 12 spéciales pour les concurrents et semblait interminable de par les nombreuses neutralisations et une météo rude, la neige laissant place à de la « soupe » après le passage des voitures précédentes, voire même à des plaques de verglas en début de soirée.

1 sur 2 pour Delahaye aux Legend Boucles de Bastogne

Après le lancement cette année de la saison de l’équipe Delahaye aux 24 Heures de Dubaï, la tradition était respectée avec une participation aux Legend Boucles de Bastogne, la septième consécutive pour l’assistance technique.

Laurent Richard remettait le couvert pour la troisième année consécutive avec son jeune co-pilote Nicolas Hubert sur la belle BMW 2002tii de 1974 qui arborait le numéro 61. Avec quelques évolutions et une journée test sur le domaine enduro de Bilstain deux semaines auparavant plutôt réussie, c’est avec un objectif de beau résultat que se présentait l’équipage en Legend pour la deuxième année de suite après une première participation en Classic en 2015. Une deuxième voiture était couvée par les ateliers du team wavrien, la Porsche 911 3,2L dossard 75 de Pierre-Alexandre Mouveau et Eric Decronumbourg, ce dernier n’étant pas un inconnu en terres belges puisqu’il avait disputé avec Emeric Bordet les Spa 6 Hours en 2015 sur Marcos 1800GT. Se lançant dans le grand bain du rallye – et quel rallye ! – à l’occasion de ces Legend Boucles, le but de l’équipage était légitimement de finir le rallye sans grandes embûches et de ramener saine et sauve leur teutonne.

Un sans-faute pour le Delahaye Racing Team qui place deux Porsche 911 à l’arrivée des Boucles de Spa 2014

Les Legend Boucles de Spa constituent traditionnellement l’ouverture de la saison sport auto en Belgique, ‘the place to be’ pour les pilotes de notoriété comme pour les gentlemen riders, un rendez-vous incontournable aussi pour le Delahaye Racing Team qui alignait pour l’occasion deux splendides Porsche 911 Carrera.

La 56ème édition de ce prestigieux rallye proposait cette année un parcours inédit pour plus de la moitié de la distance à parcourir conduisant les concurrents jusqu’à Bastogne, avec de nouvelles spéciales donc mais toujours la mythique Clémentine en milieu de journée. Une absente remarquée autant que redoutée par certains : la neige ! C’est donc sur des routes sèches que les équipages se sont affrontés, non sans rencontrer les habituels pièges du rallye tels que les cordes défoncées par le passage des concurrents précédents, les routes repeintes par la terre ou la boue par endroits, les traversées de sous-bois rendu piégeux par l’humidité et les feuilles mortes, …..

Tout au long des dix-huit spéciales programmées, les rallyemens tels que Duez, Duval, Thiry et autres de Mevius ont croisé le fer avec des pilotes de circuits tels que Martin – copiloté par son père Jean-Michel – ou Montagny – ex F1 – ou encore Lémeret. Du beau monde assurément, une somme de talents bien nécessaire pour maîtriser les Métro 6R4, Lancia 037, Porsche, Alfa, Mini Cooper, Ford Escort …. qui constituaient le plateau de cette épreuve.

Au milieu de cette meute de furieux, le tandem Étienne Courtin / Bertrand Wittamer alignait sa Porsche de 1973 aux couleurs DRT, engagée en catégorie Legend. 49ème à l’arrivée – sur 96 équipages classés – et 14ème de classe, les deux compères affichaient une légitime satisfaction au terme de l’épreuve.

‘’Tout s’est bien passé, nous nous sommes régalés !’’ commentaient-ils une fois le franchi le podium d’arrivée. ‘’Tenant compte de l’expérience acquise ici –même l’année passée, nous souhaitions affiner les réglages de notre Porsche. Le team a parfaitement répondu à nos attentes, la voiture était parfaite, avec une tenue de route bluffante d’efficacité. Ça n’a pas été facile, nous sommes fatigués mais heureux, c’est vraiment un rallye magnifique et nous sommes à l’arrivée !’’

En Classic, Lionel Hansen alignait sa Porsche 911 de 1986 avec à la lecture des notes sa compagne dans la vie promue pour l’occasion au rang de copilote. Angélique Vandeuren ayant déjà une expérience certaine en rallye, c’est tout naturellement un podium en catégorie qui saluait leur participation, synonyme d’une 26ème place au classement général largement méritée.

‘’Nous n’avons connu aucun souci mécanique. Nous aurions pu faire mieux mais de toute façon, nous ne visions pas la victoire. Et puis surtout,le plaisir de pousser cette 911 à ses limites est toujours particulièrement gratifiant, c’est du pur plaisir et c’est bon…..’’ confiait Lionel souriant et décontracté à l’arrivée.

‘’Les gens heureux n’ont pas d’histoire : ce rallye s’est parfaitement déroulé pour notre team. Nous n’avons pas du intervenir sur les voitures hormis la maintenance habituelle. Le bilan est donc positif, le soin apporté à la préparation de nos voitures a porté ses fruits, nos équipages n’ont eu à se préoccuper que du pilotage et des notes et c’est comme cela que ça doit fonctionner !’’ concluait Pierre Sevrin.

Stay with us, follow our performance and share our fun !

Hansen/Toubon : victoire au Critérium Jean-Louis Dumont pour leur 1er rallye en 307 WRC

2013mettet (1)

Le Critérium Dumont disputé dimanche dernier servait de laboratoire pour l’équipage Lionel Hansen / André Toubon qui étrennaient leur Peugeot 307 WRC, l’objectif étant de prendre la voiture en main, d’en comprendre le fonctionnement et les subtilités. Le but a été pleinement atteint, avec en prime une victoire au classement général, il est vrai quelque peu en surclassement puisque le seul vrai concurrent potentiel – une Peugeot 207 S 2000 –  connaîtra assez vite des soucis techniques, déroulant ainsi le tapis rouge vers le podium pour la voiture du Delahaye Racing Team.

Il n’en reste pas moins que les deux complices ont très rapidement imposé un rythme rapide qui ne laissait de toute façon que peu d’espoirs à leurs poursuivants. Hormis une petite instabilité du train arrière quelque peu pénalisante, la voiture a parfaitement répondu aux attentes et aux espoirs placés en elle. Un moteur puissant et gorgé de couple associé à un châssis ultra performant, le cocktail ne pouvait être que savoureux et à l’évidence, il l’est !

Un débriefing pointu et une analyse méthodique des acquisitions de données vont maintenant permettre de peaufiner les réglages et d’aborder le second rallye test programmé avant le Rallye du Condroz, à savoir le Rallye de Mettet.

Stay with us, follow our performance and share our fun !

Une Peugeot 307 WRC ‘usine’ dans les ateliers du Delahaye Racing Team pour Hansen/Toubon

2013condrozhuy (5)

Les ateliers du Delahaye Racing Team ressemblent de plus en plus à un porte-avions ! Après les Mégane Trophy Endurance, Volvo S 60 Silhouette, Be Cox, Marcos, Subaru Impreza et autres Porsche GT3-R, la flotte s’enrichit d‘un nouvel avion de chasse : une Peugeot 307 WRC !

Dans l’habitacle, Lionel Hansen au volant et André Toubon aux trip-masters. Ce duo dont l’expérience croit au fil des saisons s’offre une arme redoutable pour chasser le chrono dans les spéciales.

Construite en 2005, cette Peugeot ‘usine’ est magnifique. Quatre roues motrices, ponts pilotés, 330 chevaux sous le capot, 1.230 kilos sur la balance, cette WRC pur jus est dotée de toutes les évolutions développées par Peugeot Sport au fil de sa carrière qui a pris fin en 2009 en Championnat du Monde. Au-delà, la voiture a encore bénéficié de suspensions Reiger – un must ! – ainsi que des pièces moteur lui donnant un potentiel encore supérieur.

Aux mains expertes de Marcus Grönholm et Ari Rovenpera, cette Peugeot a trusté les podiums en Championnat du Monde, avec entre autres résultats une seconde place au Rallye de Nouvelle-Zélande, preuve s’il en fallait une de son niveau de performance.

‘’André et moi avons testé plusieurs voitures avant de porter notre choix sur la 307. Nous nous sommes sentis immédiatement bien à bord de son habitacle. Au bout de quelques kilomètres, nous avions tout naturellement un rythme déjà élevé’’ confie Lionel Hansen.

‘’Son châssis nous a semblé particulièrement adapté aux routes belges. La boîte ne compte que cinq rapports qui sont bien suffisants étant donné le couple du moteur. C’est aussi une facilité de jongler avec une boîte cinq plutôt qu’une boîte six, on peut mieux se concentrer sur les trajectoires, il y a moins d’hésitation dans les passages de rapports. En tenue de route, cette voiture est équilibrée et très saine, elle est agile dans les enchaînements de virages tout en étant stable dans les longues lignes droites bosselées, un excellent compromis’’.

Lionel Hansen ne tarit pas d’éloges sur son nouveau top gun qu’il couve d’un regard attentif.

‘’Nous allons inaugurer notre 307 au Critérium Jean-Louis Dumont qui se déroule ce week-end. Avec 12 spéciales qui totalisent 127 km, nous allons pouvoir prendre l’auto bien en main et adapter les réglages comme nous le souhaitons. Il y aura ensuite le Rallye de Mettet pour peaufiner la mise au point, une semaine avant notre participation au Rallye du Condroz début novembre qui est notre objectif principal en cette fin d’année 2013’’ ajoute-t-il.

Bien évidemment, au sein du team Delahaye, tout le monde est déjà sur le pont pour faire en sorte que ce missile atteigne son premier objectif dès dimanche : le podium.

‘’Le manuel d’atelier fourni par Peugeot Sport, c’est trois gros classeurs et nous avons seulement quelques jours pour les assimiler. Y a du boulot !’’ lâche l’ingénieur d’exploitation de la WRC, un peu stressé mais très enthousiaste.

Rendez-vous est pris dimanche pour recueillir les premières impressions de Lionel Hansen et d’André Toubon, les premiers lauriers aussi, si tout se passe bien.

Stay with us, follow our performance and share our fun !

Coupe de France des Rallyes : la voiture de Madame est avancée !

2013rallyeautun (3)

Daniel Desbruères – coéquipier de Christian Kelders en Blancpain Endurance Series sur la Porsche n° 58 préparée par le Delahaye Racing Team – est aussi amateur de rallyes. Heureux propriétaire d’une très belle Ford Escort RS Mk I de 1969, il n’hésite pas à l’engager en Coupe de France des Rallyes.

Au volant ? Madame Desbruères ! Unis dans la vie comme en course, Catherine et Daniel partagent en effet l’habitacle de cette Escort et – galanterie oblige – c’est à madame que revient le volant tandis que monsieur se charge du roadbook et des tripmasters.

N’en déplaise aux machos de tous bords, les pilotes au féminin occupent une place non négligeable en sport automobile et surprennent souvent par un coup de volant subtil assorti de chronos qui eux n’ont rien à envier à ceux des poilus ! Vous vous souvenez d’une certaine Michèle Mouton qui fit trembler les ténors du rallye mondial sur une Audi Quattro ‘’courte’’ aussi bestiale que performante ? …

Point de mythique Group B au 42ème rallye d’Autun Sud Morvan – et qui se double pour la seconde fois d’un parcours réservé au Classic – mais une belle brochette de Renault R 5 Turbo, BMW 2002 TI et autres Alpine A 110. Avec 168 kilomètres entièrement sur asphalte réparti en 12 spéciales, l’ASA Morvan propose un magnifique parcours au cœur de la Bourgogne, de quoi ravir la centaine de concurrents engagés toutes catégories confondues comme le public.

Confiée pour l’occasion aux mains expertes des mécaniciens et des ingénieurs du Delahaye Racing Team, la Ford a été méticuleusement préparée pour cette épreuve. Si les voitures de course des années soixante ne connaissent pas l’électronique, le multiplexage ou les acquisitions de données, il n’en reste pas moins qu’un 4 cylindres de 1841 cc qui crache plus de 200 chevaux requiert une attention certaine. Et si l’on précise que le poids total de l’auto avoisine les 750 kg, on aura compris que son rapport poids/puissance lui confère de sacrées performances.

Samedi 24 août, la Ford numéro 219 se dirige vers l’entrée de la première spéciale. Coup de théâtre : l’alternateur refuse tout service ! Sans l’indispensable alimentation électrique, il est illusoire d’espérer boucler ne fut-ce que quelques kilomètres. Une batterie de secours est placée dans le coffre pour permettre un dépannage sommaire mais une fois le diagnostic posé, c’est l’abandon.

’Nous ne pouvions rien faire’’ explique Matthieu, l’ingénieur qui suit la voiture. ‘’Un alternateur qui lâche, ce n’était vraiment pas prévisible. Nous en avions un autre mais il ne correspondait pas tout à fait à celui qui était sur la voiture. Au prix d’une adaptation de fortune, nous avons pourtant réussi à le mettre en place. Entre-temps, nous avons vu passer tous les concurrents, la mort dans l’âme. Et la sanction est tombée, nous étions hors délai et donc hors course’’.

Daniel et Catherine n’entendaient pas en rester là, une demande de dérogation fut donc introduite afin de pouvoir repartir le dimanche, en prenant pour modèle la réglementation super rallye en vigueur en Championnat du Monde. Cette demande étant reçue avec bienveillance par la direction de course, l’infortuné équipage de la Ford Escort retrouva le sourire en même temps que tombait la décision salvatrice.

C’est donc le moral gonflé à bloc que nous retrouvons Catherine et Daniel au départ de la seconde journée avec au programme quatre spéciales.

À l’inverse de leurs adversaires qui avaient déjà parcouru les tronçons chronométrés la veille, l’équipage découvrait le parcours mais signait néanmoins d’excellents chronos les plaçant en milieu de classement de chacune de ces spéciales, des étapes spéciales parcourues sans plus de souci mécanique.

Une fois franchie la ligne d’arrivée, le couple Desbruères affichait une satisfaction teinté d’amertume : ‘’Nous avons pris beaucoup de plaisir durant cette journée, ce qui nous fait d’autant plus regretter la panne d’alternateur d’hier. Nous aurions au moins aimé repartir le samedi après-midi pour la seconde boucle mais cela n’a pas été accepté. Nous retenons les aspects positifs de notre participation : la voiture a parfaitement fonctionné aujourd’hui et l’équipe a fait du très bon travail, nous nous sommes fait plaisir aussi’’.

Sur la route du retour, le premier débriefing au sein du team ne pouvait que recouper les commentaires de Catherine et Daniel : un goût de trop peu à cause de cet alternateur capricieux mais néanmoins la satisfaction d’un travail bien fait.

Stay with us, follow our performance and share our fun !

Legend Boucles de Spa 2013 : objectif atteint pour Courtin/Wittamer sur leur Porsche 911 Gr3 DRT

Étienne Courtin et Bertrand Wittamer ont terminé les Boucles de Spa édition 2013, ce qui constitue en soi une belle satisfaction lorsque l’on mesure la difficulté de l’épreuve. Les abandons et les sorties de route ont été légion, le brouillard et le verglas ont aussi piégés bien des concurrents.

Les deux compères découvraient ici la Porsche 911 Gr 3 remise à neuf dans les ateliers du Delahaye Classic qui remplaçait leur traditionnelle TVR, une découverte assortie d’un engagement en catégorie Legend et non plus Classic.

Quelque peu en délicatesse avec un train de pneus qui ne donnait pas le ressenti attendu et une petite touchette à l’arrière droit dans la spéciale de la Redoute, la première boucle constitua une approche circonspecte ou la priorité fut pour chacun de prendre ses marques, d’autant plus que Bertrand Wittamer affichait une petite forme durant le début de l’épreuve.

Retour au parc d’assistance. Une rapide remise en état de l’auto et un changement de roues qui allait s’avérer bénéfique pour la tenue de route comme pour le feeling du pilote, une petite pause salutaire pour l’équipage et la Porsche numéro 92 replongeait dans la course.

Étienne Courtin et Bertrand Wittamer vont alors enchaîner les spéciales de cette seconde partie de rallye, haussant graduellement le rythme et sans plus connaître de soucis, remontant progressivement au classement.

L’ultime série de trois spéciales qui composaient la dernière boucle a constitué – comme pour tous les concurrents – un morceau de bravoure, la fatigue s’ajoutant à des conditions extrêmement piégeuses. Le passage sur le podium d’arrivée fut donc un moment particulièrement apprécié, un épilogue longuement savouré par l’équipage.

Au final, le bilan est positif pour Étienne Courtin et Bertrand Wittamer qui se seront bien adapté à leur nouvelle monture, en progressant kilomètre après kilomètre. Une 65ème place au classement général – soit la 14ème place de catégorie – récompense leurs efforts. Quant à leur Porsche 911 SC Delahaye Classic, elle a elle aussi parfaitement rempli sa mission.